Discours de Yann Borgstedt, lors du Gala Womanity 2016

« Bonsoir à tous ! Je vous remercie tous d’être venus ce soir !

Je suis Yann Borgstedt, fondateur de la Fondation Womanity et, comme beaucoup d’entre vous le savent, je suis également un mendiant professionnel.

Mais revenons aux raisons de votre présence :

Depuis 2005, Womanity et ses partenaires ont contribué à émanciper plus de quatre millions de filles et de femmes, ainsi que leurs familles, tout en s’adressant à des millions d’auditeurs par le biais de sa présence médiatique dédiée aux femmes.

En tant qu’entrepreneur, je suis partisan de la mesure des résultats et j’encourage les collaborations. Il n’est pas suffisant d’œuvrer pour une bonne cause. Ce que je veux, c’est que chaque dollar dépensé le soit de la manière la plus efficace possible, pour optimiser l’impact en faveur de nos bénéficiaires.

Womanity veut repousser les limites dans le secteur de l’émancipation des femmes. Notre philosophie consiste à chercher des idées novatrices et efficaces pouvant être élargies et répliquées. C’est pour cela que nous avons lancé la première station de radio commerciale dirigée par des femmes au Moyen-Orient. C’est pour cela que nous aidons les entrepreneurs sociaux à intensifier leur impact en Inde et au Brésil et que nous avons lancé un programme pour répliquer des innovations réussies dans la prévention de la violence envers les femmes.

Pourquoi focalisons-nous notre action sur les femmes ? Parce que les besoins sont considérables et parce que lorsqu’on investit dans les femmes et les filles, c’est la société dans son ensemble qui en bénéficie.

Une statistique effroyable illustre l’ampleur d’un problème qui persiste : toutes les 10 minutes, une adolescente meurt dans le monde suite à un acte de violence.

Il est édifiant de constater que 70 % des pauvres et deux tiers des illettrés dans le monde sont des femmes.

J’ai cependant une bonne nouvelle : il est établi que l’investissement envers les femmes permet d’obtenir l’un des plus hauts retours sur investissement. Ainsi, quand on investit dans l’éducation d’une fille, on estime que :

Si au moins 10 % des filles sont scolarisées, le PIB d’un pays progresse de 3 %. Une fille obtenant son diplôme de fin de cycle secondaire est deux fois plus susceptible d’envoyer ses enfants à l’école et présente trois fois moins de risques d’avoir contracté le VIH.

Pour mettre en œuvre nos plans et les mener à bien, il faut disposer du personnel idoine. J’ai la chance de pouvoir compter sur une équipe exceptionnelle, dirigée par Antonella Notari Vischer. Je l’appelle « le boss » car elle représente le moteur de notre action. Comme tout entrepreneur digne de ce nom, j’ai de nombreuses idées, mais sans une équipe capable de la concrétiser, une idée ne mène à rien.

Mais nous ne serions rien sans tous ceux qui nous soutiennent.

Je rends hommage aux membres exceptionnels de notre comité honorifique.

J’exprime ma gratitude la plus profonde à tous nos amis, partenaires et sponsors pour cette soirée, ainsi qu’à tous les artistes et interprètes qui nous divertiront ce soir.

Anne Lamunière, Aurel Bacs, Mme Victoria Silvstedt, Louise Ekland et Cécile de Ménibus pour l’organisation de cette soirée. Et je salue particulièrement Mme Victoria Silvstedt !

Ma chère amie Dona Bertarelli, qui a accueilli notre Gala pendant bien des années et fut l’une des premières à me soutenir quand j’ai lancé la Fondation.

Saphia Azzedine, qui m’a mis en relation avec tous les artistes du premier Gala.

Nos formidables sponsors et prestataires, actuels et passés : Bat-Mann Constructeur Intégral, Palexpo, Dorier, Ports Francs et Entrepôts de Genève, Immologic, Losinger Marazzi, Blue Infinity, Jabre Capital Partner et Brevan Howard.

Hublot pour votre présence constante, depuis le premier jour.

Caroline Scheufele de Chopard pour son soutien loyal et son extraordinaire générosité.

Mon ami Hani Kalouti de HBK.

Sylvain Pellettier, Sylvain Coenca et Jean-Michel Aaron, de la Compagnie des Parcs.

La famille Tamari, mes partenaires en affaires et mes amis, qui m’assurent leur soutien constant : merci à Wahbe, Karine, Nicolas et Della.

Yves Bouvier de Singapore Freeport, qui fut l’un des premiers à soutenir la Fondation.

Mon assistante Aurelia Ovan et l’équipe de MCI et Propaganda Live qui ont consenti beaucoup de temps et d’efforts pour faire de cette soirée un évènement inoubliable.

Je suis convaincu que nous sommes plus forts quand nous agissons unis plutôt que seuls. Les partenariats sont essentiels pour résoudre des problèmes. Nous recherchons des partenaires qui encouragent l’originalité, nous motivent à aborder les choses sous un nouvel angle et à renforcer notre efficacité. Ces dernières années, nous avons pu collaborer avec diverses fondations, qui nous ont poussés à nous remettre en question et décupler notre impact. C’est la raison pour laquelle je tiens à remercier particulièrement l’UBS Optimus Foundation, avec qui nous avons travaillé en Afghanistan, ainsi que la Fondation Trafigura, qui travaille à nos côtés au Brésil et en Inde, ainsi que sur le nouveau Womanity Award, et Philip Morris International, qui soutient le programme WomenChangeMakers. C’est uniquement en travaillant ensemble et en exploitant nos talents d’entrepreneurs que nous réussirons à créer un changement véritable.

En tant qu’entrepreneur, je suis partisan de la mesure des retours sur investissement. Cependant, un aspect essentiel s’avère difficile à mesurer : il s’agit de la façon dont nous permettons aux filles et aux femmes de rêver. De dépasser le cadre dans lequel bien des sociétés veulent les cantonner. Telle est la mission à laquelle la Fondation Womanity se consacrera dans les années à venir. Grâce à votre aide, nous créerons un monde dans lequel les hommes et les femmes disposent des mêmes droits et des mêmes opportunités.

Je vous remercie ! »

Yann Borgstedt
Fondateur et Président de la Foundation Womanity

Le Gala Womanity 2016 a eu lieu à Genève le soir du 4 février, et a permis de récolter un montant record  de CHF 2.6 million pour la Fondation.