Journee de la femme: Aurelia Ovan, force tranquille et pillier de Womanity…

Womanity: Qui êtes-vous, Aurelia, et qu’est-ce qui vous a amené à venir travailler pour Womanity ?

Aurélia Ovan: Je suis diplômée en sociologie et travaille pour la fondation Womanity depuis quasiment sa création. Je suis une optimiste de nature, une force tranquille à même de gérer beaucoup de situations complexes et différentes dans une journée. Je suis arrivée chez Womanity en 2007 un peu par hasard, à la sortie de mes études. Je suis en charge de l’administration et de l’organisation des évènements de la fondation dont notamment les prestigieux galas de charité qui ont lieu tous les deux ans à Genève. Je suis également un support pour l’équipe dans les diverses tâches de communication. Je suis d’ailleurs très intéressée par le monde du design graphique et j’ai suivi en parallèle une formation dans ce domaine. A mon arrivée, j’ai découvert une jeune fondation en plein essor et un fondateur bouillonnant d’idées novatrices. L’aventure a commencé et elle se poursuit encore aujourd’hui.

Womanity: Quelle a été l’évolution de Womanity au travers des années, selon votre perspective ?  

AO: L’évolution de Womanity a été forcément exceptionnelle, je suis arrivée un peu plus d’an après sa création. En dix ans, la fondation s’est structurée, les projets se sont développés et Womanity est devenue une référence en termes de réussite et d’impact. Womanity fait désormais partie du top 200 des meilleures ONG au monde. C’est tout simplement fantastique !

Womanity: Qu’avez-vous appris de tous les programmes de Womanity, leur impact, leur portée, que vous pouvez appliquer maintenant dans votre propre vie ? 

AO: J’ai appris que pour mener à bien un projet et avoir de l’impact, il n’est pas forcément nécessaire d’innover, il suffit parfois d’observer ce qui se fait et développer une idée, un concept qui fonctionne déjà. Dans ma propre vie, je suis une grande observatrice, cela doit venir de mon parcours de sociologue. Il est important d’être à l’écoute de ce qui se passe dans son environnement, de concentrer ses efforts sur ce qui est essentiel et qui a de l’impact pour réussir pleinement.

Womanity: S’il n’y avait aucun obstacle autour de vous, quel genre de programme souhaiteriez-vous mettre en place pour accélérer le bien-être, l’éducation, la protection des femmes dans le monde ?

AO: Etant une jeune maman et actuellement enceinte de mon deuxième enfant, je suis très sensible à la cause des enfants dans le monde, des femmes et des mères. J’adhère à 100% à la conviction de Womanity qui est de considérer qu’une société se développe considérablement lorsque tous les enfants (filles et garçons) ont un accès égal à l’éducation et que les femmes sont émancipées. Les projets développés par la fondation sont des programmes essentiels au bien-être des femmes dans le monde.

Il y a tant d’autres causes à défendre : la famine, la pauvreté, la paix, le trafic sexuel, l’environnement… Il est difficile de choisir où concentrer ses efforts mais à mon sens le bien-être des femmes et leur émancipation socio-professionnelle est l’une des causes importantes à défendre.

Womanity: Quelle est la question que personne ne vous pose, à laquelle vous adoreriez être en mesure de répondre ?

AO: Après 10 ans en poste chez Womanity, apprends-tu encore quelque chose ? Et bien oui, nous sommes une petite équipe et mes collègues sont principalement en charge de la gestion des projets et des partenariats, ce qui n’est pas mon cas. Au-delà de la gestion des projets, il y a de nombreuses choses essentielles à gérer dans une fondation : la communication, les relations publiques, les évènements, la base de données… Tout ceci me permet d’être pluridisciplinaire et de développer de nouvelles connaissances et compétences afin d’améliorer la fondation dans son ensemble.