Parcourir la carte de nos programmes

Programmes

Avancement de l'éducation des filles
(Afghanistan)

Accélération de l’accès des filles à une éducation de qualité pour la formation de futures dirigeantes en Afghanistan.

Photos du Programme

Videos du Programme

Projet

 

LE DÉFI

En Afghanistan, cinquante-deux pourcents des femmes sont analphabètes. Se classant parmi les pays avec le plus important taux de mortalité maternelle dans le monde (396 décès / 100 000 naissances), l’Afghanistan est considéré comme l’un des pays les plus dangereux où naître en tant que femme. 87 pourcents des femmes ont été victimes d’au moins une forme de violence au cours de leur vie. De plus, en dehors des tâches au sein du foyer, les possibilités offertes aux femmes sont extrêmement limitées. Selon UN Woman, la participation des femmes à la population active n’était que de 19% en 2016. Soixante pourcents des filles ne sont pas scolarisées.

 LE CONTEXTE

L’approche innovante du programme s’appuie sur l’expérience de Womanity en Afghanistan au travers du programme School in a Box, mis en place depuis 2007 et établi dans 15 écoles publiques pour filles dans la ville de Kaboul, la province de Kaboul, Panjshir et celle de Kapisa. De 2007 à 2017, School in a Box – AGEA a bénéficié à 33 000 étudiantes et 1 100 enseignants et personnel scolaire en améliorant la qualité de l’environnement d’apprentissage de la primaire à la fin du secondaire. L’approche holistique d’AGEA comprend cinq composantes clés: la formation des enseignants; l’éducation à l’hygiène; l’engagement communautaire; la préparation académique et professionnelle et l’amélioration des infrastructures scolaires. Grâce à son intervention, Womanity a construit un environnement d’apprentissage propice pour les adolescentes et a créé des communautés solidaires autour des écoles.

L’OPPORTUNITÉ

D’ici 2030, il est estimé qu’il manquera 75 à 80 millions de travailleurs moyennement et hautement qualifiés et qu’il y aura une offre excédentaire de main-d’œuvre peu qualifiée. Les emplois liés à la science, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques augmentent 1,7 fois plus que le taux d’autres emplois et paient 33% de plus. L’écart salarial entre les hommes et les femmes est le plus bas dans les domaines liés aux STEM. Toutefois, les femmes sont aujourd’hui sous-représentées dans ces emplois, même dans les lieux où elles détiennent un nombre égal de diplômes universitaires.

En Afghanistan, les employeurs classent les compétences informatiques au sommet de leurs futures conditions d’embauche. Un récent sondage auprès de 275 entreprises de TIC en Afghanistan (demandé par l’USAID) a révélé qu’il y avait 1 174 emplois en TIC disponibles pour les femmes, cependant, l’obstacle le plus important à leur embauche était le manque de connaissances pratiques en technologie.

L’APPROCHE

En 2016-2017, sur la base de l’étude de marché menée par USAID, le programme AGEA de Womanity est passé d’une approche holistique à une approche précise centrée sur les possibilités de formation professionnelle afin d’améliorer le leadership et les carrières professionnelles et universitaires des étudiantes dans les classes supérieures (10e à 12e année). En 2016, Womanity a mis en place le nouveau projet Girls Can Code; un programme de codage dans deux écoles; bénéficiant à 40 étudiantes.

Entre 2017 et 2019, Womanity élargira le programme Girls Can Code à quatre écoles et complètera son offre avec des cours préparatoires en anglais (en 10e année) et en informatique de base (en 11e année), afin de mieux préparer les étudiantes à l’introduction au codage et développement Web (Girls Can Code) en 12e année afin de se calquer sur la demande du marché du travail domestique. L’objectif de ce programme est de combler l’écart de compétences dans le marché du travail en Afghanistan dans les TIC, en particulier l’informatique et le codage, ainsi que l’anglais. Le programme offre également un service d’aide afin de trouver des futurs stages/emplois pour les étudiants. Équiper les filles avec cette formation facilite leur accès aux possibilités académiques et aux effectifs de l’Afghanistan.

Le programme bénéficiera au total à 200 étudiants chaque année.

L’IMPACT

 School in a Box 2007-2016

  • Le programme a été mis en place dans 15 écoles dans différentes provinces isolées, rurales et urbaines, en particulier dans la ville de Kaboul, la province the Kaboul, Panjshir and Kapisa; et a atteint une population de 33 000 étudiantes et 1 100 enseignants et personnel scolaire
  • 3 702 participantes ont suivi des cours de formation (Δ / 100 scores pré et post test entre 38/100 et 45/100) en 2011-2016
  • 44% des étudiantes ont passé l’année scolaire avec un score de 70% ou plus et 45% des élèves de 10 à 12 ans ont obtenu un score de 70% ou plus en chimie en 2016 (9% de plus qu’en 2015)
  • 58% des élèves de 12e année (enseignés par Womanity) ont passé l’examen du conseil d’administration en 2015

 

Les écoles ont été équipées de laboratoires scientifiques, laboratoires informatiques, équipement de sport, installations d’hygiène de base et eau potable et infrastructures et entretien ad hoc

Girls Can Code|Afghanistan 2016

 Sur les 40 étudiantes diplômées du GCC en 2016, 30 aimeraient rejoindre l’Université, une aimerait devenir enseignante, une souhaite travailler directement dans un domaine lié à l’informatique, trois ne savent pas ce qu’elles veulent faire ou ne sont pas joignables et cinq ont abandonné le programme.

20% d’entre elles sont en train ou vont participer à un programme de stages en 2017.

 CROWD SOURCING

La Fondation Womanity a mis en place deux campagnes de financement participatif afin de soutenir les projets suivants en Afghanistan :

L’autonomisation des filles afghanes en leur enseignant le codage

250 enseignants pour les filles Afghanes

Chaque dollar versé sert à financer le programme « Girls Can Code ». Womanity s’engage à s’assurer que 100% des contributions aillent directement au programme. Même la plus petite donation peut avoir un grand impact : avec seulement 5 $ vous pouvez changer l’avenir de 2 filles en les aidant à s’émanciper.

PARTENAIRES PRECIEUX

The Ministry of Education of Afghanistan (2011- présent), Roshan Telecommunications (2012-présent), Samuel Hall (2012-présent), ART Consulting (2017 – présent), American University of Afghanistan (2016 – présent), Afghanistan Libre (2011-2014), UBS Optimus Foundation (2011-2015), Vitol (2014), et de nombreux autres partenaires opérationnels.

MEDIA

Quelques journaux ont mis en avant le projet Girls Can Code; retrouvez les articles ci-dessous :

Un voyage à but non-lucratif surprenant afin d’enseigner aux filles comment coder en Afghanistan (Mashable)

Rencontrez les ‘codeuses’ Afghanes qui défient les stéréotypes de genre (The Guardian)