Parcourir la carte de nos programmes

Programmes

Éradication du travail forcé des filles (Ancient Projet)
(Maroc)

En arrachant les jeunes filles au travail forcé et en leur permettant de revenir dans leur famille et de reprendre leur scolarité, nous les soustrayons à un cycle de maltraitance et de pauvreté.

Photos du Programme

Videos du Programme

Projet

« L’entrée au lycée représente l’évènement le plus positif qui me soit arrivé en 2009, car il me permet d’espérer un avenir meilleur. » – Saadia, 15 ans, ancienne petite bonne

Défi

Les experts estiment que plus de la moitié des 600 000 enfants travaillant au Maroc sont des filles de moins de 15 ans, dont certaines sont âgées d’à peine six ans. Beaucoup d’entre elles travaillent de longues heures en tant que domestiques. Souvent désignées par le terme de « petites bonnes », ces jeunes filles sont vulnérables aux actes de maltraitance physique, psychologique et sexuelle. N’ayant quasiment aucun accès à l’éducation, la plupart d’entre elles sont illettrées à l’âge adulte. Ne bénéficiant d’aucun soutien familial ou externe et possédant peu de compétences, la plupart vivent dans la pauvreté, en marge de la société. Certaines sombrent dans la prostitution pour survivre.

Bien que la loi marocaine interdise le travail des enfants, cette pratique reste répandue en raison d’une pauvreté extrême, de carences dans l’accès à l’éducation (surtout pour les filles) ainsi que d’une tolérance généralisée du travail des enfants dans la société.

Approche

Par le biais de son partenaire local, l’Institution Nationale de Solidarité avec les Femmes en Détresse (INSAF), la Fondation Womanity intervient dans la province de Chichaoua depuis 2005. Il s’agit d’une des principales régions défavorisées où sont recrutées un grand nombre de petites bonnes au Maroc, souvent par des intermédiaires, puis envoyées travailler dans des foyers urbains de classe moyenne.

À son lancement, le projet répondait à trois objectifs principaux :

  • Identifier les petites bonnes et les aider à revenir dans leur famille et à reprendre leur scolarité. Le soutien financier dont bénéficient 90 % de ces filles favorise l’obtention d’un diplôme en fin de cycle secondaire.
  • Mettre fin à la pratique du travail des enfants et à la discrimination envers les petites bonnes en sensibilisant mieux les enfants, leur famille et les communautés locales aux dangers de cette pratique.
  • Faire pression sur les autorités provinciales, régionales et nationales afin d’adopter un cadre juridique protégeant les enfants de l’exploitation et de veiller à son application efficace.

Depuis 2010, ce projet couvre la région d’El Kelaâ des Sraghna et d’Al Haouz. INSAF devrait également l’étendre à la province de Rhamna et autour des villes de Fès et Meknès. INSAF renforce parallèlement ses activités de plaidoyer.

Impact

  • 218 anciennes « petites bonnes » ont bénéficié d’une bourse scolaire sur la période 2005-2014.
  • On a constaté une chute spectaculaire du nombre de « petites bonnes » originaires des villages où INSAF intervient depuis 2005.
  • En dix ans, INSAF a organisé plusieurs campagnes de sensibilisation sur les risques du travail des enfants, notamment le travail domestique. Elle a ainsi pu intervenir auprès de plus de 10 000 membres des communautés, 14 218 enfants, dont 6 432 filles, 187 organisations locales, 318 représentants des autorités locales, 424 enseignants et 77 proviseurs.
  • INSAF a créé une coalition réunissant 60 organisations marocaines locales et nationales qui militent et font pression afin de faire adopter des lois plus efficaces et des mesures plus strictes dans la lutte contre le travail des enfants. Le réseau est piloté par Amnesty International Maroc, l’Association marocaine des droits humains, la Fondation Orient-Occident et INSAF.
  • En 2010, INSAF a reçu le prestigieux Prix d’Excellence pour le Développement Humain Durable décerné par la Fondation Suisse Maroc pour le Développement Durable (FSMD).

Lisez notre dernier rapport sur notre programme Eradication du travail forcé des filles au Maroc.

Partenaire précieux

Institution Nationale de Solidarité avec les Femmes en Détresse (INSAF), les autorités et associations locales. Womanity a financé l’action d’INSAF en collaboration avec d’autres donateurs tels qu’ONU Femmes, la Coopération Belge, la Fondation Drosos et la Fondation L’Oréal.

 

Pour nous aider à financer ce projet, visitez notre page Faire un Don ou contactez Ryna Sherazi à l’adresse e-mail: ryna@womanity.org.