Parlez-nous de la création de Radio Nisaa

L’idée de Nisaa FM vient de Yann Borgstedt. Après notre rencontre à Jérusalem en avril 2009, nous avons décidé ensemble de lancer une station de radio. Yann avait assisté à une expérience de ce genre en Afghanistan et pensait qu’elle se prêterait bien à la Palestine. Entre le mois d’août 2009 et le 20 juin 2010, nous nous sommes donc lancés dans les procédures d’enregistrement, de demande de fréquences radio et dans la conception du contenu et des programmes. Le jour du lancement de la station, nous avions 5 salariés et 2 programmes principaux, un le matin et l’autre l’après-midi. Désormais, nous employons 13 personnes, pour 3 programmes principaux, un bulletin d’informations toutes les heures et une émission radio spécialisée tous les jours.

Selon vous, sur quoi repose le succès de Radio Nisaa ?

Nous sommes la première station de radio spécialisée en Palestine, et peut-être même du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. C’est un avantage incontestable. Toutefois, nous devons notre succès à plusieurs choses : le professionnalisme de notre équipe, la musique que nous diffusons et la détermination de notre direction quels que soient les obstacles rencontrés.

À votre avis, pourquoi la radio représente-t-elle un levier aussi puissant du changement ?

Pour moi, la radio est le meilleur moyen de communication, à la fois personnel, bon marché, accessible et anonyme. Sur les ondes, vous pouvez faire part de vos réflexions et de vos craintes sans même donner votre nom. La radio s’emporte aussi partout. Vous pouvez l’écouter dans la voiture, dans la cuisine, au bureau, et même dans votre salle de bains.

Selon vous, sur quel sujet Radio Nisaa a-t-elle eu le plus d’impact ?

L’autonomisation économique et sociale des femmes palestiniennes. Pas un jour ne passe sans que nous n’entendions parler de notre impact positif sur la vie des femmes, comme la hausse des ventes de produits féminins grâce à une campagne publicitaire gratuite, financée par une subvention de PolishAid.

Où en est Radio Nisaa aujourd’hui ? Des nouveautés à l’horizon ?

Beaucoup de nouveaux réseaux locaux, régionaux et internationaux se préparent. Je reviens juste d’Italie, où nous faisons partie du conseil d’administration du réseau « Medfeminiisya », un projet du Fonds pour les Femmes en Méditerranée. Dans le cadre de ce groupe féministe, différents pays méditerranéens ont uni leurs forces afin d’établir une plateforme pour les femmes de la région. Au niveau local, nous faisons également partie du réseau Shabaktuna, lancé par le ministère de la condition féminine et axé sur les questions de genre ! Vous voyez donc bien que Nisaa est devenue une référence pour les médias et le féminisme !

Parlons maintenant de votre façon de diriger. À votre avis, quels sont les points essentiels d’un bon leadership ?

Il est très important de savoir déléguer et de mettre les membres de l’équipe à l’aise. Il est aussi essentiel de les laisser s’approprier leurs programmes. J’ai tendance à trancher sur les grandes questions afin de veiller au respect de la mission et de la vision de Radio Nisaa FM. Pour le reste, je laisse l’équipe décider des invités, des questions et des sujets. Je pense aussi que le développement de nos capacités s’inscrit sur la durée. L’équipe bénéficie donc en moyenne de 2 formations, au niveau local ou international.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune entrepreneur ?

Il est très important de rester concentré sur votre projet. Aujourd’hui, du moins dans cette région, on voit souvent des projets lancés par des jeunes qui finissent en projets de femmes. Nombre d’entre eux dépendent de subventions et changent donc de direction. Selon moi, les bons conseils et le bon mentorat s’avèrent également essentiels pour les jeunes entrepreneurs.

Comment Radio Nisaa fêtera-t-elle la Journée internationale de la femme ?

Chaque année, nous nous associons à des organisations de femmes ou des OSC afin de promouvoir une certaine campagne en faveur des femmes. Cette année, nous travaillerons avec ONU Femmes en Palestine et ses partenaires sur l’Unité de protection de la famille que le gouvernement palestinien tente d’établir. En outre, nous couvrirons toutes les activités organisées à l’occasion de cette journée. Il s’agit d’un jour férié en Palestine et Nisaa FM propose généralement à ses salariés de prendre congé.

Cette année, la Journée internationale de la femme prône « l’équilibre pour un monde meilleur ». Qu’est-ce que ce thème signifie pour vous ?

Les femmes et les hommes doivent défendre ensemble l’égalité des sexes. Tout au long de notre progression, nous avons toujours considéré les hommes comme des partenaires de ce changement. Les femmes ne devraient pas lutter seules pour leurs droits. La participation des hommes est très importante. L’équilibre est aussi démographique : presque partout, tant les hommes que les femmes représentent 50 % de leur société.